L’envie d’écrire

 

Née d’une famille d’artistes,

j’ai vu ma famille vivre de l’art, sans codes ni conventions.

Difficilement, bien sûr, mais en vivre . D’abord spirituellement car c’est une forme de nourriture.

Il y avait les revenus de l’emploi pour l’ordinaire et ceux de l’art pour l’extraordinaire…

Depuis 10 ans, je crois « dur comme fer » à la passion qui m’anime et pour laquelle j’en ai fait mon métier:

« la décoration et l’accompagnement pour des couples à organiser leur mariage ».

C’est la seule chose que je sais faire et sans aucune prétention, j’excelle dans ce domaine.

Ce métier m’est inné.  Je n’ai aucun diplôme, même pas le brevet.

De plus, je suis dyslexique. Pendant longtemps, le système scolaire m’a laissé croire que j’étais une « bonne à rien ».

C’est là que tout à commencé.

 Mise à l’écart, montrée du doigt, je n’étais pas dans le moule.

Sans diplôme, pas de reconnaissance.

Sans argent, ni belles voitures : pas de réussite…

Heureusement, mes parents ont l’intelligence de la vie.

Ils sont artistes dans l’âme avec une vision de l’existence qu’ils ont su me transmettre.

Grâce à eux, j’ai pu assumer qui je suis.

Je me sens forte, affirmée par les épreuves et le chemin parcouru, par les belles rencontres de ces dernières années.

Avec le contexte actuel, j’ai besoin d’écrire, de dire ce que je ressens, notamment sur la société dans laquelle nous vivons.

Qu’est-ce que la réussite ? Dites-le-moi ?

J’aimerais faire de cette question un sondage. Alors donnez-moi vos impressions et ressentis à ce sujet!

Amitiés, Virginie